La sculpture gothique

Les sculptures gothiques sont nées sur le mur de l'abbaye de Saint-Denis, au milieu du 12e siècle, en Île-de-France. Avant cela, il n'y a jamais eu de tradition de la sculpture en Ile-de-France. On fait donc appel à des sculpteurs de Bourgogne.

Sculpture gothique du 15e siècle

Les idées françaises se propagent rapidement. En Allemagne, l'impact est visible à partir de 1225 : la Cathédrale de Bamberg contient le plus grand ensemble de sculptures du 13e siècle, culminant en 1240 avec le Bamberger Reiter, la première statue équestre dans l'art occidental depuis le 6e siècle. En Angleterre, la sculpture se limite à des tombes et des décorations sans figurines (en partie à cause de l'iconoclasme cistercien). En Italie, l'influence classique est encore grande, mais l'art gothique fait une percée dans les sculptures de chaires telles que la chaire du baptistère de Pise (1269) et la chaire de Sienne. Un chef-d'œuvre tardif de sculpture gothique italienne est la série des tombeaux de Scaligeri à Vérone (à la fin du 14e siècle).

La sculpture gothique évolue du style rigide et allongé, encore en partie roman, à un style plus naturaliste vers la fin du 12e siècle. Les influences des anciennes sculptures grecques et romaines sont incorporées dans le traitement de la draperie, l'expression faciale et la pose. En Europe du Nord, le sculpteur néerlandais-bourguignon Claus Sluter et d'autres introduisent le naturalisme et un certain degré de classicisme au début du 15e siècle, qui continue à se développer tout au long du siècle de sorte que lorsque le passage à la Renaissance arrive, il est principalement marqué par un changement dans les milieux architecturaux, les costumes et une certaine réduction de complexité des compositions.

Sculptures gothiques

Art-gothique.com | Caractéristiques du mouvement