Origines de l'art gothique

L'art gothique est un mouvement artistique médiéval qui s'est développé dans la France romane au milieu du 12e siècle.

Cathédrale de Chartres

Dirigé par le développement simultané de l'architecture gothique, l'art gothique s'étend à l'ensemble de l'Europe occidentale, mais conquiert surtout l'art au nord des Alpes. L'art gothique n'efface jamais tout à fait les styles plus classiques en Italie. Vers la fin du 14e siècle, le style sophistiqués du gothique international se développe et continue son évolution jusqu'à la fin du 15e siècle. Dans de nombreux endroits, notamment en Allemagne, l'art gothique tardif se poursuit jusqu'au 16e siècle, avant d'être englobé par l'art de la Renaissance. Les médias primaires à l'époque gothique incluent la sculpture, la peinture sur bois, les vitraux, les fresques et les manuscrits enluminés.

La première oeuvre d'art de style gothique a été la sculpture monumentale sur les murs des cathédrales et des abbayes. L'art chrétien, de nature typologique, y montre l'histoire du Nouveau Testament et de l'Ancien Testament côte à côte. La vies des saints y est également souvent représentée. Des images de la Vierge Marie sont transformées de la forme byzantine emblématique à la forme d'une mère plus humaine et affectueuse, câlinant son bébé, se balançant de la hanche, et montrant les manières raffinées d'une dame de cour aristocrate.

L'art séculier arrive au cours de cette période avec la montée des villes, la fondation des universités, l'augmentation des échanges commerciaux, la mise en place d'une économie fondée sur l'argent et la création d'une classe bourgeoise qui peut se permettre de fréquenter les arts et de commissionner des œuvres. Résulte de cela une prolifération des peintures et des manuscrits enluminés. L'amélioration du niveau et un nombre croissant de littérature vernaculaire laïque encouragent la représentation de thèmes profanes dans l'art. Avec la croissance des villes, les guildes de commerce sont formés et les artistes sont souvent tenus d'être membres d'une des guildes de peinture. Grâce à cela, de plus en plus d'artistes nous sont connus par leur nom dans cette période que toute précédente.

Le mot « gothique » pour l'art est d'abord utilisé comme synonyme de « barbare », se nouant donc à une connotation péjorative. Ses détracteurs voient ce type d'art médiéval comme non raffiné et trop éloigné de l'esthétique et des proportions de l'art classique. Des auteurs de la Renaissance estiment que l'invasion de Rome par des tribus gothiques en 410 a déclenché l'effondrement du monde classique et toutes les valeurs qu'il englobait. Au 15e siècle, plusieurs architectes italiens et hommes de lettres se plaignent que les nouveaux styles « barbares » constituent une menace semblable à la renaissance classique promue par le début de la Renaissance.

Le qualificatif « gothique » pour cet art est d'abord utilisé dans une lettre de l'artiste Raphaël au pape Léon X (1518), et est ensuite repris et popularisé par l'artiste et écrivain italien Giorgio Vasari, dès 1530, lorsqu'il qualifie l'art gothique de « désordre monstrueux et barbare ». Raphael fait valoir que les arcs en ogive de l'architecture du Nord font écho à l'architecture des cabanes primitives des habitants des forêts germaniques, avec qui elles partagent la forme du pliage d'arbres. Ce mythe refera surface beaucoup plus tard et dans un sens plus positif, dans les écrits du mouvement romantique allemand. « L'art gothique » a été vivement critiqué par des auteurs français tels que Boileau, La Bruyère, Rousseau, avant de devenir une forme d'art reconnue et que le libellé devienne fixe.

Molière fait un célèbre commentaire sur l'art gothique :

"... Le fade goût des monuments gothiques
Ces monstres odieux des siècles ignorants
Que de la barbarie ont vomit les torrents..."

Art-gothique.com | Caractéristiques du mouvement